Il y a des vies, à côté desquelles on ne peut passer. Symptomatiques de moments déterminants de l’histoire, elles s’inscrivent par l’émergence d’une pensée neuve. La voix de Viktor Frankl fait partie de ces vies incontournables, qu’il importe de faire connaître. Son oeuvre est aussi fascinante que poignante. Elle illustre le destin d’un homme qui a su métamorphoser l’horreur vécue en une pensée novatrice, optimiste et altruiste.

Viktor Frankl est un survivant d’Auschwitz, devenu grand psychothérapeute. Son œuvre, trop peu traduite en français, représente un apport philosophique éminent. Par sa pensée et sa vie, il nous donne envie de croire en l’avenir, indépendamment des conditions dramatiques (ou non d’ailleurs) qui peuvent nous accabler.

Celui qui a une raison de vivre, supporte presque n’importe quoi. (Nietzsche).

Viktor Frankl a survécu à quatre camps de concentration. À sa libération en 1945, il apprend avec effroi que que ses parents, son jeune frère et sa femme ont tous disparus lors des déportations. On ne peut que s’interroger : comment ne pas sombrer dans la dépression ? Comment ne pas succomber à la souffrance, au découragement, à la décrépitude ? Comment vivre – tout simplement – après cela?

Pour survivre, il faut cultiver une raison de vivre

Le philosophe nous répond à travers toute son oeuvre largement consacrée au sens : pour survivre, il faut cultiver une raison de vivre. Un être humain peut endurer beaucoup de choses si ce qu’il fait ou ce qu’il cherche à accomplir dans l’avenir est sous-tendu par un sens – par une direction et une signification.

Après sa libération, neuf jours lui suffisent pour rédiger l’une des pièces maîtresses de l’histoire de la psychothérapie – pourtant encore assez méconnue : la LOGOTHÉRAPIE (du grec logos, sens). Son approche – devenue fameuse – aura également provoqué les conditions de sa propre résilience.

Dans “Découvrir un sens à sa vie”, Viktor Frankl décrit les conditions extrêmes que les camps imposent à l’homme : il y perd tout, à commencer par son identité ; il y vit les plus hautes souffrances, les plus hautes frustrations, les plus hautes formes d’humiliation.

Comment trouver ses propres réponses dans des conditions extrêmes ?

Son ambition : tenter d’apporter une forme de lumière à cette incompréhensible souffrance, car la vie des camps imposait de se questionner face à celle-ci et de trouver ses propres réponses.

Il écrit: “Il fallait que nous changions du tout au tout notre attitude à l’égard de la vie. Il fallait que nous apprenions par nous-mêmes et, de plus, il fallait que nous montrions à ceux qui étaient en proie au désespoir que l’important n’était pas ce que nous attendions de la vie, mais ce que la vie attendait de nous. Au lieu de se demander si la vie avait un sens, il fallait s’imaginer que c’était la vie qui nous questionnait, journellement, et à toute heure.”

Celui qui à un “pourquoi”, peut vivre avec n’importe quel “comment”.

Frankl était persuadé que l’homme est capable de transcender les pires atrocités, de s’élever au dessus de son sort. Ce qui l’a fait lui-même tenir face à l’incompréhension et l’innommable de la guerre, c’est d’imaginer pouvoir écrire encore, élaborer sa théorie dans ses manuscrits, aller jusqu’au bout de la formulation de sa théorie. Le sens de sa vie résidait là, dans l’accomplissement de ce qu’il avait commencé auparavant.

L’être humain ne vit pas de sécurité matérielle.

La logothérapie se construit sur le postulat que l’homme est à la recherche du sens de son existence. Celui qui a perdu ce sens, ou qui ne l’a pas encore trouvé, peut être aux prises avec ce que Frankl appelle “le vide existentiel”. Un vide qui peut mener à des formes de névrose et de dépression ou, dans une moindre mesure, d’anxiété, de lassitude et d’abattement.

Un homme peut réunir toutes les conditions matérielles possibles et malgré tout se sentir inutile, vide. De même, celui qui ne fait rien, ne possède rien, n’a ni travail ni passion ni ambition, ou qui n’agit pas en adéquation avec ses aspirations, peut ressentir ce vide, ce manque de “pour quoi “.

Êtres humains, nous nous nourrissons de sens ; nous en avons profondément besoin. La logothérapie nous invite à le découvrir. Alors, nous pouvons tirer parti de toute situation, aussi dramatique soit-elle.

Une invitation à prendre en main notre liberté et notre responsabilité

Si Frankl apporte des éclairages sur des façons d’inscrire du sens à nos vies, il ne prétend pas donner de réponse à la question “quel est le sens de l’existence”. Il nous invite simplement à prendre en main notre liberté et notre responsabilité (notre pouvoir d’action) pour découvrir par nous-même un sens à ce que nous faisons. Et il nous propose trois voies trois façons, trois modalités selon lesquelles nous pouvons progresser pour découvrir un sens à notre vie :

  • La première correspond à ce que nous donnons au monde en termes de création ;
  • La deuxième, désigne ce que nous prenons du monde en termes de rencontres et d’expériences ;
  • La troisième est l’attitude que nous adoptons en face d’une situation difficile, au cas où nous devons affronter un destin que nous ne pouvons changer.

Une grande claque et un grand frisson !

Après avoir découvert la vie et l’oeuvre de cet illustre psychothérapeute et philosophe, mon cerveau s’est mis en ébullition. Ca a été comme une grande claque et un grand frisson.

Quel sens a ma vie ?

Dans quoi est-ce que je me sens engagée ? Qu’est-ce qui pourrait à ce point capter mon attention et me mobiliser pour que j’arrive au bout de mes ambitions ?

Est-ce que je m’accomplis à travers une oeuvre, un engagement ? Est-ce plutôt quelque chose ou quelqu’un qui me donnerait envie d’aller au bout de ce que j’entreprends ?

Même si nous pouvons être détournés par différentes pressions, parce que le contexte dans lequel nous vivons est compliqué ou chaotique, ou parce que nous sommes soumis à des conditions sociales complexes, la philosophie à laquelle nous ouvre Frankl est éminemment optimiste. C’est une grande fenêtre, ouverte sur l’avenir, qui nous exhorte à nous interroger sur ce que nous sommes prêts à injecter comme sens dans nos vies.

Qu’est-ce qu’il m’importe de défendre ou de faire progresser pour un avenir auquel j’appartiens forcément ?

Et vous ? Qu’en pensez-vous ?

Quand vous aurez la réponse, voici quelques conseils sérieux (basés sur des recherches) pour vous aider à rester motivé dans la durée.

Viktoria 😉

FRANKL, Viktor, Découvrir un sens à sa vie avec la logothérapie, Éditions de l’Homme, 2013.

Source image : http://cahierslibres.fr/2015/03/entretien-avec-viktor-frankl/

Envie de vivre mieux ?

Inscrivez-vous à notre newsletter et téléchargez gratuitement la première partie de notre livre.

Vous découvrirez une synthèse de recherches récentes en sciences du comportement, de philosophie pratique, et des récits, pour oser davantage faire ce qui compte pour vous et vivre avec plus de sens, de satisfaction et de bien-être.

Recevez notre newsletter

Osons faire plus, être plus, vivre plus

Merci et bienvenue !

Un email vous a été envoyé pour finaliser votre inscription. Si vous ne le voyez pas, jetez un coup d’oeil dans vos spams.
Si vous avez des questions ou commentaires sur les sujets abordés, réagissez sur le blog. Nous tenterons de vous répondre au plus vite et au mieux…
:-) L’équipe DareDo
Vous faites déjà partie du mouvement. :-)

You have Successfully Subscribed!