L’été et les vacances sont à quelques pas, farniente, soleil, plage, temps libre…  L’esprit va se détendre. Ne serait-ce pas le moment de marquer un temps de suspension dans cette course effrénée qui nous agite durant toute l’année – et de se poser quelques bonnes questions ?

Souvent, la première qui nous vient à l’esprit est : qu’est-ce qui manque à mon bonheur ou comment puis-je faire pour être plus heureux ? L’ennui, avec ce type de question, c’est qu’elles ne nous aident pas. Or, notre environnement les stimulent  tout le temps : recettes pour être plus heureux, manuels, traités et guides sur le bonheur. Publicités aussi : “le bonheur si je veux”… Autant d’injonctions qui peuvent réellement donner le tournis et… nous déprimer.

À force de chercher le bonheur, on devient malheureux.

Comme le dit Frédéric Lenoir, “À force d’en entendre parler à tort et à travers, la question du bonheur galvaudée devient inaudible”. À force de chercher le bonheur, on devient malheureux.

A contrario, nous avons plus de chance de l’atteindre quand nous décidons de ne plus nous en préoccuper. Nous pouvons alors poser notre regard et notre attention sur nos valeurs, nos aspirations et ce qui donne du sens à notre vie.

Cultivons du sens

Prendre ce moment de recul est d’autant plus salutaire que le monde nous mène souvent plus que nous le menons.

Je ne sais pas si ça vous arrive mais, parfois, j’ai l’impression d’avancer et d’agir comme un automate. Je le sens vivre comme une bouée ballottée au milieu de l’océan.

La part la plus considérable de la vie se passe à mal faire, une large part à ne rien faire, et toute la vie à n’être pas à ce que l’on fait. (Sénèque, Lettre à Lucilius, Lettre 1,Livre 1)

Cette phrase confrontante, venue en droite ligne de la philosophie antique, conserve toute son acuité. Elle nous ouvre les yeux sur l’utilité de nous réapproprier notre temps et le sens de ce que nous faisons.

Chaque heure compte. Or, comme des objets, passifs, nous nous laissons piloter par la pression sociale, les mauvaises habitudes, nos instincts, nos besoins matériels, notre entourage… Autant d’excuses pour ne pas se poser des questions importantes :

  • Où vais-je exactement ?
  • Suis-je bien là où j’ai envie d’être et, sinon, où serait-ce ?
  • Pourquoi suis-je en train de faire ce que je fais ? Quel sens cela pourrait-il avoir pour moi ?
  • Et, s’il n’y en a pas, qu’est-ce qui pourrait donner plus de sens à ma vie ?
  • Comment trouver le courage de m’engager dans une vie qui fasse vraiment sens pour moi ?

Je partage la pensée de Sartre quand il dit, dans L’être et le néant : “j’ai à réaliser le sens du monde et de mon essence : j’en décide seul, injustifiable et sans excuse. Je suis alors au fondement de mes valeurs, parce que je suis libre, parce que rien ne peut me déterminer par avance. Je ne cherche pas à comprendre le sens de la vie, j’ai à créer le sens de la mienne.

Quel sens choisissez-vous pour votre vie ?

Pour aller plus loin sur cette question, voici un magnifique documentaire. “En quête de sens” est une invitation à ouvrir les yeux sur le monde et sur les nombreuses actions menées au nom d’un sens qui dépasse l’individu, pour s’appliquer au bien commun.

Si ce film vous inspire autant que moi, parlons-en…

Bonnes vacances et bonnes réflexions.

Victoria

Recevez notre newsletter

Osons faire plus, être plus, vivre plus

Merci et bienvenue !

Un email vous a été envoyé pour finaliser votre inscription. Si vous ne le voyez pas, jetez un coup d’oeil dans vos spams.
Si vous avez des questions ou commentaires sur les sujets abordés, réagissez sur le blog. Nous tenterons de vous répondre au plus vite et au mieux…
:-) L’équipe DareDo
Vous faites déjà partie du mouvement. :-)

You have Successfully Subscribed!